MCO
Sétif, cette bête noire des «Hamraoua»
Un phénomène rarissime et inexplicable marque les confrontations entre les «Hamraoua» et l’Entente de Sétif au stade Zabana qui est la domination de l’Aigle Noir lorsqu’il s’agit des matches à Oran.
Les oranais qui le savent bien doivent rapidement élaborer un plan anti-ESS d’autant plus que le leader qui est sérieusement menacé par son dauphin le CRB viendra à Oran pour perpétuer la tradition. Il faut dire que l’Entente de Sétif est presque chez elle au stade Ahmed Zabana puisque durant les quinze dernières années, cette formation des Hauts plateaux s’est imposé à neuf reprises à Oran contre trois succès seulement pour les « Rouge et Blanc ». En revanche, les deux équipes se sont neutralisées à deux reprises seulement.
Des chiffres qui prouvent, si besoin était, que cette équipe de l’Entente demeure la bête noire du MCO à Oran. Les « Rouge et Blanc » sont donc avertit. Ils doivent tout d’abord éviter le scénario du CRB qui s’est imposé sur un score lourd.
Le jeune entraîneur, Bouazza Abdelatif qui a vécu cette mésaventure pour son second match autant qu’entraîneur en chef est appelé à prendre ses dispositions pour espérer s’offrir des points de la victoire qui rendront certainement son bilan positif car la victoire sera très importante pour cette équipe du Mouloudia d’Oran demain sur le revêtement synthétique du stade Ahmed Zabana car elle permettra non seulement aux joueurs de reprendre confiance et espérer terminer le championnat en apothéose mais aussi d’entretenir ce mince espoir de rejouer à nouveau pour le podium. Cette rencontre face à l’ESS s’annonce comme le match de la dernière chance pour les Oranais afin d’atteindre ses objectifs en championnat.
A.B

USMBA
Le maintien passe par 18 points, prévient l’entraîneur Slimani
L’USM Bel-Abbès, qui reste sur trois défaites de suite, a hypothéqué sérieusement ses chances de se maintenir en Ligue 1 et n’a désormais plus droit à l’erreur lors de ses prochaines sorties, a déclaré dimanche son entraîneur Sid Ahmed Slimani.»Nous sommes condamnés à gagner les quatre matchs à domicile qui nous restent, tout en essayant de faire de même dans deux des quatre autres à l’extérieur pour espérer éviter la relégation», a insisté Slimani au micro de la cellule de communication de la formation de l’Ouest du pays.Jeudi passé, l’USMBA a encore chuté sur le terrain de l’USM Alger.Mais le coach Slimani, qui a pris les rênes techniques de l’équipe de la «Mekerra» il y a quelques semaines, a estimé que «les siens ne méritaient pas ces déconvenues, au vu des copies rendues sur le terrain».»Contre l’USMA par exemple, on a pratiquement fait jeu égal avec l’adversaire. J’estime même qu’on a été privés de deux penalties qui auraient pu changer le sort du match», a-t-il déclaré.Considérant que ses joueurs sont en train de faire les frais de leurs grèves à répétition durant la saison, Slimani, quatrième coach à driver les «Vert et Rouge», a reconnu la difficulté de la mission qui attend son équipe «en raison de la combinaison de plusieurs facteurs jouant en sa défaveur».»Les grèves des joueurs sont en train de se répercuter négativement sur leur état de forme en cette fin de saison, surtout en ces temps de grosses chaleurs. Ca leur a causé plusieurs blessures au moment où les moyens de récupération au sein du club sont pratiquement inexistants», a-t-il déploré. Dos au mur, le successeur de Moez Bouakaz s’engage néanmoins à «ne pas baisser les bras», ajoutant que ses protégés et lui vont «défendre à fond les chances de l’équipe dans la course au maintien jusqu’aux derniers instants du championnat».
Il a, en outre, salué les gestes de motivation émanant ces derniers temps des autorités locales et de la direction du club sportif amateur en attribuant des sommes d’argent aux joueurs. Ces derniers avaient protesté, tout au long des mois précédents, contre la non régularisation de leur situation financière, n’hésitant pas à enclencher des grèves à répétition.
Cet aléa, ainsi que d’autres, ont valu à l’USMBA de pointer actuellement à la 18e place (2e potentiel relégable) avec 24 points, accusant un retard de pas moins de huit unités sur le premier non relégable, à savoir le RC Relizane.

 

tarif