Mostaganem
Entrée en exploitation de 13 projets aquacoles
Treize projets aquacoles sont entrés en phase d’exploitation et de production sur le littoral de la wilaya de Mostaganem, a-t-on appris mercredi du directeur de wilaya de la Pêche et des Ressources halieutiques.
Toufik Rahmani a souligné que «ces projets, concrétisés au cours des deux dernières années (2017-2019), permettront à la wilaya de Mostaganem d’augmenter la production halieutique de plus de 3.200 tonnes à court et moyen termes». Six projets d’élevage de poissons (daurade et loup de mer) en cages flottantes sont en phase d’exploitation et de 5 autres projets en phase d’acquisition d’équipements et de fournitures, alors que deux projets de production de moules sont entrés en phase de commercialisation, a-t-il fait savoir. Le nombre de cages flottantes sur la côte de Mostaganem (au large de Stidia et de Sidi Lakhdar) atteint actuellement 32 cages flottantes, dont 20 cages totalisant 2.000 tonnes de poissons, qui seront commercialisé fin décembre en cours ou début janvier prochain. A noter qu’aucune cage flottante n’a été enregistrée avant 2017, selon le responsable.
Dans ce sens, il a signalé que 4 nouveaux projets aquacoles ont été approuvés dernièrement, qui viennent s’ajouter à 4 autres projets qui seront lancés en 2020, portant le nombre total de projets approuvés à ce jour à 21 projets d’investissement, surtout que le secteur de la pêche et des ressources halieutiques à Mostaganem vise à doubler la production annuelle pour passer de 10.000 à 20.000 tonnes.
Ces projets s’ajoutent au programme d’intégration de l’agriculture à l’activité aquacole qui a vu, au cours des deux dernières années, l’ensemencement de 20.000 alevins de tilapia rouge dans environ 98 bassins d’irrigation agricole. La production totale de pêche continentale (poissons d’eau douce) a été estimée, au cours de l’année écoulée, à 10.000 kg de carpe argentée et de mulets, a-t-on rappelé.

Tlemcen
61 projets financés par la CNAC depuis début 2019

L’agence de Tlemcen de la Caisse nationale d’assurance chômage (CNAC) a financé 61 projets entre janvier et fin novembre 2019, a-t-on appris de son directeur.
Le financement a porté sur 29 entreprises dans le secteur agricole, 5 autres dans le secteur d’artisanat, 9 dans le secteur industriel, 9 en bâtiment, 4 dans le secteur des services et 5 en professions libérales, a précisé Meziani Karim. Il a souligné que ces projets, qui profitent à 46 hommes et 15 femmes, ont permis la création de 115 emplois avec une contribution de la CNAC pour leur concrétisation pour un investissement de 289 millions DA. Une convention a été signée entre les ministères de la Formation et de l’Enseignement professionnels et du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale dans le but de permettre aux chômeurs sans qualification âgés entre 30 et 55 ans de suivre une formation qualifiante dans diverses spécialités professionnelles d’une durée d’une semaine à 3 mois et décrocher un diplôme leur permettant d’accéder à un crédit pour concrétiser des projets, selon la même source Il est prévu d’amorcer cet accord en sensibilisant les chômeurs sans niveau pour s’inscrire initialement à la CNAC et sur la liste de ceux qui désirent se former sur le mode de création et de gestion d’une micro-entreprise et bénéficier d’un accompagnement et d’un crédit sans intérêt. Une action de sensibilisation des chômeurs des communes frontalières de la wilaya est engagée les incitants à créer des micro-entreprises pour exploiter les plantes aromatiques, le safran et le caroube, selon M. Meziani, qui fait remarquer que la demande dans les zones frontalières est plus grande dans les domaines de l’agriculture et de l’élevage ovin. Par ailleurs, il a fait savoir que le gel des projets liés au transport, à la location de véhicules et de boulangeries, au pressing de vêtements et à l’élevage ovin a été récemment levé dans le cadre de l’élargissement de l’activité, ajoutant qu’un grand nombre de bénéficiaires de tels projets réalisés dans le cadre de la CNAC ont déposé des demandes d’autres crédits pour l’acquisition de nouveaux équipements et l’extension de leurs ateliers.
En outre, M. Meziani a signalé qu’une soixantaine de détenteurs de projets financés par la CNAC ont bénéficié de la location de locaux relevant de l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) et de l’Agence d’amélioration du logement (AADL) au lieu de recourir à des privés.

 

tarif