Sidi Bel Abbès
Grève des enseignants, le CEM Hassane Abdelkader de Tafassour paralysé
Les enseignants et travailleurs du CEM Hassane Abdelkader situé dans la commune de Tafassour, daïra de Mérine (Sidi Bel Abbès), ont entamé le dimanche, une grève illimitée. Les grévistes contestent les conditions de travail et le manque d’encadrement. Selon les grévistes, le CEM fonctionne depuis plusieurs années sans directeur, et c’est un administrateur qui le gère de façon provisoire.
Le manque d’ouvriers professionnels pour son entretien, rend les conditions de travail déplorables. La situation perdure depuis des années au su et au vu du responsable de l’éducation. Elle s’est répercutée sur les résultats aux épreuves du BEM de l’année dernière, où le CEM s’est classé en dernière position. Les parents d’élèves, mécontents de cette situation, ont interdit à leurs enfants de rejoindre les classes et interpellent le wali à mettre à la disposition du CEM les moyens nécessaires pour son bon fonctionnement dans l’intérêt des élèves, surtout ceux de la 4ème année.
La grève se poursuivra jusqu’à satisfaction des revendications des enseignants et travailleurs du CEM Hassane Abdelkader. Elle va contraindre les élèves à cesser les cours et rester chez eux.
Fatima A

Tlemcen
Coup d’envoi de la 1ère édition de la foire des paysans des parcs nationaux
Le coup d’envoi de la première édition de la foire des paysans des parcs nationaux a été donné samedi au site historique «Grand bassin» de Tlemcen, par les autorités locales et des responsables centraux et locaux des forêts.
Cette manifestation, la première du genre au niveau national, regroupe une soixantaine d’agriculteurs et de paysans des trois parcs nationaux, à savoir le parc national de Tlemcen, le parc national de Djurdjura et celui de Babor-Tababort de Sétif. Les citoyens, très nombreux à l’ouverture de cette manifestation qui met en exergue tous les efforts des paysans des parcs nationaux et leurs contributions dans la préservation de la biodiversité, ont apprécié les produits Bio présentés telles les confitures de figue de barbarie, de figues, de pommes, ainsi que divers autres produits apicoles, outre les fromages de chèvre entièrement fabriqués par une unité du parc national de Djurdjura. D’autres produits du terroir, tels que la tomate, la grenade, la caroube en plus des huiles d’olive produites de manière artisanale et des plats comme le «Berkoukes» (gros couscous), le couscous et autres gâteaux du terroir, sont mis en valeur pour permettre aux visiteurs de prendre connaissance des potentialités existantes chez les riverains des parcs nationaux. Dans ce sens, la sous directrice des aires protégées à la direction générale des Forêts, Kabouya Ilhem, a mis l’accent sur l’importance d’une telle foire, une première en Algérie qui met en valeur tous les produits Bio de l’agriculture existante dans les parcs nationaux.
La mission principale d’un parc national est «la préservation de la biodiversité et ce type d’agriculture présente dans les parcs nationaux qui nous aide vraiment dans notre mission», a-t-elle souligné, indiquant que cette première expérience va être renouvelée avec l’ensemble des parcs nationaux pour développer davantage ces produits Bio et arriver à créer un label «parcs nationaux».
Cette foire, a-t-elle annoncé, sera suivie par un forum qui se penchera sur plusieurs questions où les agriculteurs, les associations ainsi que tous les organismes concernés seront directement impliqués, puisque la préservation de la biodiversité concerne et les agriculteurs, les autorités locales et tous les riverains qui sont parties prenantes dans cette mission. L’objectif principal de la foire et du forum est de parvenir à une préservation efficiente et efficace de la biodiversité, a-t-on soutenu. Cinq ateliers sont en effet prévus pour ce forum qui constitue également une première en Algérie. Il permettra de discuter de «l’agro-biodiversité des parcs nationaux», «la gouvernance et la gestion des parcs nationaux, quel rôle pour les acteurs locaux», «la commercialisation des produits de l’agro-écologie» et «le tourisme rural dans les parcs nationaux, quel modèle et quel encadrement juridique et technique». Ces manifestations s’inscrivent dans le cadre du projet d’appui aux communautés paysannes des parcs nationaux.
Ce projet est cofinancé par l’Algérie et l’Union européenne (UE) dans le cadre du PAP-ENPARD (Programme d’actions pilote pour le Développement agricole et rural en Algérie).

 

tarif