Aïn Defla
Près de 67 000 diabétiques prises en charge par la CNAS
Quelque 67 000 personnes atteintes de diabète sont prises en charge par la Caisse Nationale des Assurances Sociales (CNAS) à Aïn Defla, a-t-on appris du médecin en chef de l’antenne locale de cet organisme.
Cette prise en charge comporte la gratuité des médicaments au profit des patients atteints de diabète de type 1 et 2 ainsi que le don d’organes artificiels au personnes dont l’un des membres inférieurs a été amputé, a indiqué Dr Hamdi Samir, à l’occasion de la journée internationale de lutte contre le diabète célébrée le 14 novembre de chaque année.
«Le diabète fait partie des maladies chroniques nécessitant une attention toute particulière au regard de ses nombreuses complications», a souligné Dr Hamdi, observant que la célébration de la journée internationale dédiée à cette pathologie doit constituer une opportunité pour faire prendre conscience aux citoyens les dangers liés à cette pathologie. Il a mis l’accent sur le fait que les professionnels de la santé et le grand public doivent prendre conscience de l’importance de la prévention pour identifier les risques au plus tôt afin de les prévenir et de les maîtriser.
De son côté, Dr Oukaci, spécialiste en diabétologie à l’hôpital Mekkour Hamou de Aïn Defla, a mis l’accent sur l’importance pour le patient d’un régime alimentaire approprié associé à une pratique sportive régulière. «La célébration de la journée mondiale du diabète doit inciter à ne mobilisation collective afin de mieux faire connaître le diabète, sa prise en charge et les moyens de le prévenir», a-t-elle soutenu.
Organisée par la Fédération Internationale du Diabète (FID) et soutenue par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la journée mondiale du diabète constitue la plus importante campagne mondiale de sensibilisation au diabète.
Elle a été lancée en 1991 comme réponse à l’escalade de l’incidence du diabète dans le monde et depuis, elle a gagné en popularité puisqu’elle rassemble désormais des millions de personnes dans le monde entier, dont les leaders d’opinion, les professionnels et prestataires de soins de santé, les médias, les personnes atteintes de diabète, et le grand public.
Le choix de la date de la célébration de la journée mondiale du diabète n’est pas fortuit car c’est l’anniversaire de Frederick Banting qui, avec Charles Best, est le premier à avoir développé la théorie à l’origine de la découverte de l’insuline en 1922.

Chlef
Concours d’aéronautique

Des étudiants en lice pour le «Rocketry Challenge»
Un groupe d’étudiants de l’université Hassiba Ben Bouali de Chlef prendra part aux éliminatoires nationales inter-universitaires de géni aérospatial prévues le 26 novembre courant à Blida avec l’ambition d’une qualification au «Rocketry Challenge» abrité par les Etats unis d’Amérique.
Ces étudiants, au nombre de sept, avec un encadrement assuré par quatre enseignants universitaires, tenteront, dans une première expérience du genre, pour l’université de Chlef, de décrocher une place, parmi 12 autres universités nationales, en lice pour la présentation du meilleur projet en aérospatial, susceptible de permettre le lancement d’une «Fuséx» (contraction de «Fusée» et de «Expérimentale»), d’une portée de sept kilomètres.
Ce groupe de scientifiques en herbe présentera, à l’occasion, une fusée de leur propre conception, réalisée avec des matières premières locales qui, de plus, est destinée à un usage civil.
«Notre participation à ce challenge est mue par notre volonté de porter haut l’étendard de l’Algérie en général et d’honorer la recherche scientifique et universitaire à Chlef, de façon particulière», a soutenu la présidente de ce groupe, l’étudiante Djihad Mouheb. Elle a souligné la «diversité et la complémentarité» des horizons scientifiques des éléments de ce groupe, étudiants en Licence-Master et Doctorat, dans les filières scientifique, technique, mécanique et même marketing, soit autant de spécialités, citées comme étant les «principaux avantages pouvant concourir à la réussite» de son groupe.
Pour prétendre à une place qualificative, le projet doit respecter un nombre de critères fixés par ses concepteurs américains, dont la réalisation de la Fusée (de trois à cinq mètres de long) avec des matières premières locales, son fonctionnement avec un carburant solide, et réussir son lancement en quatre secondes.
Les éliminatoires nationales de ce challenge se dérouleront à l’Institut d’aéronautique et des études spatiales de Blida, où il sera procédé à la présentation des projets avec une simulation de lancement, au moment où les projets de fusées qualifiés pourront prendre part au lancement effectif programmé, au titre du «Rocketry Challenge», dans l’Etat du nouveau Mexique.

Un projet ambitieux avec des moyens... limités

«Nous faisons tout notre possible pour faire aboutir notre projet, avec nos propres moyens, aussi limités soient-ils, avec le soutien de certains partenaires concernés», a souligné l’étudiante Djihad, signalant la réalisation de cette fusée avec des fibres en verre, généralement utilisées dans la fabrication de barques locales.
«Il ne reste plus qu’à trouver un carburant solide, adapté au projet, eu égard au fait qu’une majorité des moteurs mécaniques en Algérie fonctionnent au carburant liquéfié (kérosène, essence)», a-t-elle précisé.
Quant à Tedj-Eddine Benchkikene, chargé de l’administration du projet, il a fait part de l’aspiration de son groupe à bénéficier d’un parrainage, ou d’un sponsoring, pour financer la réalisation de cette fusée.
Outre son ambition d’arriver à «faire décoller sa fusée sur une portée de 7 km et la faire atterrir avec succès», le groupe de Chlef aspire également à «attirer l’attention de grandes entreprises du domaine pour parrainer le projet, parallèlement au soutien des autorités locales et de partenaires économiques», a-t-il ajouté.
«L’université de Chlef a toujours encouragé ce type d’initiatives estudiantines susceptibles de promouvoir la recherche scientifique, en son sein», a affirmé, pour sa part, Hocine Hassani, vice-recteur de l’université Hassiba Ben Bouali, assurant que ce groupe d’étudiants multidisciplinaire, a bénéficié de «toutes les facilitations en notre possession, pour faire aboutir leur projet». Il a signalé, à titre indicatif, la mise à leur disposition d’un atelier de travail, tout en les mettant en contact avec différents laboratoires de recherche, qui leurs ont procuré différents outils nécessités, par eux.
«Nous avons aussi pris contact avec des partenaires économiques pour les mettre en relation avec ces étudiants, en conformité avec les conditions fixées pour ce +Rocketry Challenge+ stipulant un soutien financier de la part du secteur économique», a-t-il précisé. Hocine Hassani n’a pas manqué, en outre, de saluer «la volonté de réussir de ces étudiants qui représentent, pour la première fois, l’université de Chlef à un concours international». Ces étudiants, considérés parmi les meilleurs de l’université de Chlef, dans leurs spécialités respectives (mécanique, électronique, ingénierie, marketing), selon l’expression de leur professeur encadreur, Chahinez Fares, ont «toutes les qualités et compétences requises pour relever ce défi». Après avoir souligné le rôle des enseignants encadreurs dans le soutien moral et l’orientation du groupe, Mme Fares a signalé l’entame, prochainement, du montage de la fusée, en perspective des éliminatoires nationales prévues le 26 novembre à l’Institut d’aéronautique et des études spatiales de Blida.
Les trois premiers lauréats de ces éliminatoires seront automatiquement qualifiés au «Rocketry Challenge», prévu en juin 2019 aux Etats-Unis d’Amérique.

 

tarif