Illégalement implantées dans l’enceinte du marché de Gdyel
Démolition d’une construction et démantèlement de serres en plastique
Lorsque l’impunité, la fuite de responsabilité et le laisser aller font bon ménage, la pagaille s’installe pour ne profiter qu’aux magouilleurs. Fort heureusement, il existe des responsables qui veillent au grain et qui agissent pour mettre un terme aux pratiques illégales, comme cela a été le cas à la fin de la semaine dernière au niveau du marché hebdomadaire de Gdyel qui était illégalement occupé pendant plusieurs années et transformé en une plantation d’oliviers et d’arbres fruitiers par un individu qui est allé jusqu’à y construire une habitation de deux-pièces cuisine avec terrasse, ainsi qu’un grand bassin, comme nous l’avions rapporté dans les colonnes du journal l’écho d’Oran du 12 mai courant.
En effet, a la fin de la semaine dernière, sur réquisition du wali, le chef de daïra de Gdyel a mobilisé les moyens humains et matériels nécessaires pour démolir la bâtisse inhabitée, nouvellement construite illégalement dans l’enceinte du marché, et pour procéder également au démantèlement des serres en plastique, avons appris. Nous avons également appris que les arbres plantés dans l’enceinte du marché seront préservés jusqu’à ce que la justice tranche sur l’affaire pendante opposant la commune à l’individu qui occupe les lieux.
Par ailleurs, lors de cette intervention, le chef de la daïra a procédé au relogement d’une famille nécessiteuse qui occupait depuis plusieurs années une baraque de fortune à l’intérieur du dit marché, et dont la malheureuse situation n’a pas attiré l’attention des élus qui se sont succédées à la tête de cette commune.
Le relogement de cette famille, et le louable geste du chef de daïra a été longtemps salué par plusieurs habitants de cette commune, qui n’ont pas manqué, non plus, d’approuver la décision de mettre fin à l’occupation illégale du marché hebdomadaire dont la réalisation a coûté la somme d’un 130 millions de dinars.
«C’était un important marché hebdomadaire qui se tenait chaque mardi, et ou ont pouvait trouver de tout. Il rendait service aux habitants de la commune, mais également aux habitants des communes voisines qui venaient ici pour faire leurs achats à bons prix. Cela permettait également aux jeunes du village de faire du commerce. Malheureusement, deux années environ après son ouverture, cette structure à été transformée en parking, avant qu’elle ne soit illégalement occupée par la personne qui l’a transformée en une plantation d’arbres», affirment des riverains, qui souhaitent la récupération de ce marché et la reprise de son activité.
A.Bekhaitia

La Madrague à Ain Turck
Relogement de familles et démolition de constructions précaires
Dans le cadre de la lutte contre l’habitat précaire, les autorités locales ont entrepris des mesures significatives pour améliorer les conditions de vie des citoyens. Avant-hier, quatre familles résidant dans des constructions précaires situées à la plage dite la Madargue, dans la commune de Aïn El Turck, ont été relogées dans de nouveaux logements décents. Cette opération a été menée conformément aux instructions de du wali d’Oran. Les familles concernées ont été transférées vers des habitations nouvellement construites dans le quartier des 1000 Logements Publics Locatifs à Chehairia, dans la commune de Aïn El Bia (daira de Bethioua). L’opération de relogement s’est déroulée dans des conditions organisationnelles rigoureuses, sous la supervision et le suivi du chef de daïra, du président de l’assemblée populaire communale de Aïn El Turck, du responsable de la cellule de logement au niveau de la wilaya, du responsable de la cellule de propreté de l’environnement au niveau du cabinet du Wali, ainsi que des services de sécurité. Immédiatement après le déménagement des familles, les opérations de démolition des constructions précaires ont débuté, marquant ainsi une étape importante dans l’amélioration de l’urbanisme et des conditions de vie dans la région.
Ziad M

 

 

 

tarif