Nouvel espace vert urbain d’Es-Sedikkia
Vivement des toilettes publiques et des ralentisseurs
La réalisation du nouveau parc vert urbain d’Es-seddikia a été agréablement accueillie par les familles oranaises. L’espace est devenu, depuis quelques jours, une destination très prisée par les familles qui s’y rendent le soir pour passer des moments baignées par la fraicheur et profiter de l’air aux effluves marines que charrie la brise légère qui balaye cet endroit de la ville.
« C’est un acquis certains pour la ville. Les pouvoirs publics ont vu juste en décidant d’aménager ce site et de l’offrir aux familles oranaises », diront des visiteurs.
Toutefois, cet enthousiasme est un quelque peu pondéré par certains manquements constatés depuis que l’endroit est devenu le lieu de rendez-vous des familles qui trouvent en l’espace le moyen de laisser gambader leurs enfants, de courir derrière un ballon, de s’offrir une petite course à trottinette ou tout simplement pour s’asseoir sur le gazon et prendre son diner.
Les concepteurs du site ont prévu des toilettes publiques pour permettre aux visiteurs de soulager un besoin pressant. Seulement ces toilettes restent fermées pour on ne sait quelle raison.
« C’est un véritable problème. Certains trouvent le moyen de se rendre à la mosquée quand ses salles d’eau sont ouvertes, mais ce n’est pas une solution. Il y a des femmes, des enfants et des hommes et pour utiliser les toilettes de la mosquée ce n’est pas facile.
Il faut vite ouvrir les toilettes du parc qui restent fermées », diront des visiteurs.
D’autres ne manqueront pas de soulever le problème du stationnement des véhicules.
Trois aires de parking ont été aménagées mais restent fermées. Et cela semble arranger les affaires des parkingeurs qui font payer aux familles visiteuses un droit de stationnement qui aurait dù en principe profiter à l’EPIC Oran vert qui gère l’espace.
« Les premiers jours il y avait des agents de sécurité de cette EPIC qui délivraient un ticket pour chaque véhicule qui stationnait mais depuis quelques jours, ce billet a disparu et aujourd’hui qui peut réellement dire qui empoche l’argent collecté et quel est son montant », affirment des visiteurs.

Vivement
des ralentisseurs

Lundi dernier un enfant scolarisé en deuxième année primaire de l’école du quartier a été heurté par un véhicule alors qu’il tentait de traverser la nouvelle route aménagée dans le cadre du nouvel espace vert.
L’enfant a heureusement subi quelques blessures sans gravité mais cet accident soulève un véritable problème de sécurité des piétons dans ce coin de la ville.
Malgré l’installation d‘un grand nombre de caméras de surveillance et la présence durant la journée d’agents de l’ordre public, des chauffards n’hésitent pas à appuyer sur le champignon en empruntant la nouvelle voie qui relie le rond point d’Es-sedikkia au Boulevard Millenium qu’ils prennent pour un tronçon d’autoroute où la vitesse n’est pas limitée.
« Même les familles qui viennent le soir pour se reposée dans le parc, sont exposées au danger des ces chauffards. Il faudrait des ralentisseurs pour sécuriser le passage des écoliers et des familles », diront des habitants du coin et même des visiteurs.
La nouvelle voie aménagée, est dotée de panneaux de limitation de vitesse et de passages pour piétons matérialisés sur la chaussée et bien visible mais cela ne semble pas dissuader les adeptes de la vitesse qui traversent le coin sans penser qu’ils conduisent un engin de la mort.
Les ralentisseurs pourraient peut être les dissuader eux qui ne semblent pas mesurer la gravité de leur acte (appuyer sur le champignon) ou qui ne semblent pas voir en les contraventions un moyen pour refréner leur comportement criminel.
Le nouvel espace vert sera sans nul doute l’attraction estivale pour un grand nombre de visiteurs de la capitale de l’Ouest. Et pour rendre leur séjour agréable et surtout inoubliable, il faudra compléter ses équipements et surtout le rendre plus sur en mettant leurs enfants hors de portée du danger que constituent les chauffards.
Nassim B.

 

 

tarif